Recherche

Bienvenue à tous et bonne lecture

Vous tous devriez trouver des articles pouvant vous éclairer, invitant à la réflexion et à la remise en question, et, j’espère, la possibilité de trouver de nouvelles pistes d’avancée vers votre meilleur lendemain. Les articles de divers auteurs se retrouvent selon le thème choisi.

 Pour les personnes à hauts potentiels et/ou avec trouble(s) d’apprentissage 

Vous venez de découvrir votre profil particulier ou celui d’un proche et restez quelque peu dubitatif … ou vous cherchez des réponses à certaines questions soulevées ici et là, au fil d’échanges …

Pour vous parents en questionnement, en recherche pour comprendre votre enfant, ses forces et ses faiblesses, mieux cerner le type d’accompagnement qui répondra à ses besoins spécifiques et vous permettre d’adapter votre mode éducatif au quotidien. Vous qui percevez des difficultés latentes, sans pouvoir les nommer, sans savoir qui consulter pour soulager la souffrance de votre enfant face à ses difficultés, scolaire et/ou sociales. Gardez bien en mémoire qu’un enfant ne présente pas toujours l’ensemble des symptômes d’un profil et que certains enfants sont multi-dys. Un neuro psychologue et un neuro pédiatre pourront poser un diagnostic permettant de cerner le fonctionnement cognitif indispensable au déploiement des moyens de compensation adéquats.

Pour vous les jeunes qui vous sentez en décalage et cherchez des réponses à vos questions, vous devriez trouver, dans ce blog, les morceaux de votre puzzle.

Pour vous les adultes venant de recevoir votre profil ou vous découvrant à travers le vécu de votre enfant, vous trouverez de quoi mettre des mots sur un vécu que vous connaissiez mais qui était peut être inexplicable jusqu’ici.

Quelque soit votre vécu, votre différence deviendra votre force si vous parvenez à l’apprivoiser, à la" manage"r !

Pour les jeunes en difficulté scolaire, dys bienvenu 

Vous souhaitez recevoir de l’information sur comment retrouver le plaisir d’apprendre et entrer dans le mouvement du changement positif. Vos difficultés peuvent être méthodologiques, liées à la confiance en soi ou votre motivation, au stress des examens, à la difficulté de gérer son temps …

Pour les jeunes, atypiques ou non, en questionnement sur leur orientation scolaire et professionnelle 

Osez rêver votre projet de vie pour entreprendre en conscience et en confiance un choix d’orientation ! Dédramatisez la nécessité du choix.

Le monde professionnel, en constante mutation, n’a jamais été aussi riche en opportunités, faut-il le percevoir, se projeter, s’ouvrir et saisir sa chance.

Vous orienter aujourd’hui, s’apparente à une alchimie passant par l’identification de vos moteurs, vos intérêts et vos compétences afin de trouver votre meilleure place au sein de votre défi professionnel. Trouver une profession résonnant sur le terrain de vos aspirations, de votre passion, et du monde de demain ne s’improvise pas.

Vous tous devriez trouver des articles pouvant vous éclairer, invitant à la réflexion et à la remise en question, et, j’espère, la possibilité de trouver de nouvelles pistes d’avancée vers votre meilleur lendemain. Les articles de divers auteurs se retrouvent selon le thème choisi et ceux d’Exonaisens sont regroupés sans classement particulier.

 

                    

 

DÉMÊLER LES FILS DU TDAH

La Presse+, Edition du 12 décembre 2017, section Pause Santé, écran 2


Tout le monde a son avis sur ce qu’est le trouble du déficit de l’attention et sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour y remédier. Est-ce une simple différence ou un vrai problème ? Est-ce une bénédiction ou un handicap ? Y a-t-il trop de diagnostics ou de sous-traitements ? Nous avons posé 12 questions qui divisent la population à 5 spécialistes reconnus. Voici leurs réponses.

UN DOSSIER D’ISABELLE AUDET ET DE JEAN SIAG

LE DIAGNOSTIC
Y a-t-il plus de personnes avec un TDAH aujourd’hui ?

Les experts interrogés se montrent nuancés à ce sujet. Le fait que les professionnels de la santé arrivent désormais à mieux diagnostiquer ce trouble peut donner l’impression que davantage de personnes en sont atteintes. Cependant, elles ne sont pas plus nombreuses aujourd’hui qu’il y a 30 ou 40 ans, expliquent Ariane Hébert, psychologue, et la Dre Annick Vincent, psychiatre. De 5 à 7 % de la population serait touchée par un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité et ce pourcentage se maintient. « Il n’y en a pas plus, ils sont plus dysfonctionnels, précise la Dre Christiane Laberge. Aujourd’hui, on a des gens qui doivent performer de plus en plus, chez qui l’attention est primordiale. » Chez les enfants, il arrive toutefois que l’on suspecte trop vite la présence d’un TDAH, nuance Johanne Lévesque, neuropsychologue. « Il y a une forme d’intolérance, qui est peut-être bienveillante, pour les enfants qui ont de la difficulté », souligne-t-elle. D’où l’importance d’une évaluation rigoureuse qui viendra confirmer ou infirmer ces impressions. Pour sa part, le neuropsychologue Benoît Hammarrenger souligne qu’il serait pertinent de vérifier une hypothèse selon laquelle des polluants pourraient avoir des effets sur le développement du cerveau. 

Lire la suite...

Les troubles de déficit de l'attention touchent aussi les adultes


Entre 3 à 4% des adultes seraient atteints de ces troubles plus connus pour toucher les enfants.

Ils sont trois fois plus nombreux que les schizophrènes, et pourtant, les articles grand public qui leur sont consacrés sont rares, comme si le sort des adultes souffrant de troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité(TDAH) n'intéressait personne: ni les pouvoirs publics, qui n'ont jamais lancé de «plan TDAH», ni les professionnels de la santé, qui n'en entendent même pas parler pendant leurs études. Trois des symptômes principaux du TDAH sont l'inattention, l'hyperactivité et l'impulsivité, chacun étant «dosé» différemment selon les personnes. Mais provoquant en fin de compte une vie chaotique d'adultes en perdition.

Importance du diagnostic précoce

Cela se fait déjà depuis longtemps dans d'autres pays comme la Grande-Bretagne, la Hollande, la Norvège, les États-Unis, etc., alors pourquoi un tel retard en France? «La conséquence, c'est une énorme perte de chance pour ces adultes au parcours souvent très chaotique et leur famille», dénoncent d'une seule voix les Drs Régis Lopez et Hervé Caci, respectivement psychiatres au CHU Gui-de-Chauliac de Montpellier et au CHU Lenval de Nice (et coauteur de Le TDAH de l'enfant à l'adulte, Éd. Dunod, à paraître en novembre 2016). «C'est d'autant plus dommage qu'avec une prise en charge adéquate, ces adultes pourraient mener une vie normale.» Grâce à leur pugnacité et à celle de confrères, une ébauche de réseau voit le jour dans le sud de la France, avec la mise en place de centres de référence, à Bordeaux, bientôt à Montpellier et à Nice. Christine Gétin, présidente de l'association TDAH-France, remarque «que l'association reçoit plusieurs appels par semaine d'adultes qui ne savent plus vers quel médecin se tourner. Nous avons même des médecins qui nous appellent pour savoir à qui adresser leurs patients!

Lire la suite...

6 façons de vaincre la procrastination

TDAH mon amour | Télé-Québec

Procrastiner, c’est l’art de trouver mieux à faire que ce que l’on doit vraiment faire… Et les gens atteints du TDAH sont des spécialistes en la matière! Distraits par leurs pensées ou par les stimuli extérieurs, ils peinent à se mettre à la tâche et leurs difficultés à s’organiser les empêchent même parfois de savoir par où commencer un projet ou une tâche. Quelques conseils pour lutter contre cet empêcheur de tourner en rond :


1. Faites une liste

Ça vous permet d’organiser vos pensées, de structurer votre travail et d’évaluer vos progrès. Lorsque vous définissez des tâches pour meubler la liste, soyez précis : plutôt que d’écrire « faire du sport », écrivez « faire 20 minutes de jogging ». Plus vos actions seront précises et concrètes, moins vous aurez à réfléchir avant de vous mettre à la tâche, et c’est là le pouvoir de la liste!

Lire la suite...

TDAH: comment vivre avec un adulte hyperactif?

l’express Styles, Leslie Rezzoug, 18/04/2016.

Cela fait longtemps que Sandra a renoncé. Depuis 30 minutes, Victoire, sa soeur, ne cesse de s’agiter. Elle se lève, se rassoit, court chercher un verre d’eau, un magazine, un cendrier. Avec une bienveillance un peu lasse, cette monitrice d’auto-école de 34 ans suit d’un oeil distrait ce manège. « Victoire est tout le temps comme ça. Je n’essaye même plus de la calmer », confie-t-elle, résignée. « Elle m’épuise. J’ai l’impression de regarder un film en accéléré. Je me sens vraiment démunie face à sa maladie », se désole-t-elle.

Lire la suite...

La dyspraxie : le handicap fantôme!

Sylvie Breton, 10 octobre 2010

Les enfants atteints de dyspraxie semblent généralement « normaux ». Ils ont l’air de bien fonctionner, mais en sont souvent incapables de façon parfaitement autonome. Levons le voile sur la dyspraxie!

La dyspraxie est probablement le handicap invisible le plus subtil de tous les handicaps physiques.

Mais qu’est-ce que la dyspraxie?

La dyspraxie est une atteinte neurologique, présente chez environ 6 % des enfants, se traduisant par un trouble, plus ou moins sévère, de la planification et de la coordination des mouvements nécessaires à l’exécution d’une action volontaire. Cela se traduit par une difficulté à penser et à organiser une action dans sa tête et à rendre cette action de plus en plus automatique de façon à l’exécuter sans y repenser.

Lire la suite...

LA DYSLEXIE, UN FARDEAU, UNE FORCE

PAMELA SARTIAVOCATE, MONTRÉAL

Journal La Presse – Avril 2016

Je fais mon coming out. Je suis dyslexique.

Toute ma vie, j’ai avancé avec ce fardeau. À l’école, la montagne à franchir était impressionnante. Je me souviens de ces vieilles blessures dont je porte encore les marques. Lire comme un robot, écrire dans les pleurs et surtout ne pas être comme tout le monde.

Pourquoi je vous dévoile ceci ? Pour deux raisons. Tout d’abord, j’ai eu de l’aide, beaucoup même, et des encouragements, tant à l’école qu’à la maison. Orthophonistes, orthopédagogues, certains professeurs et surtout une maman en or. Un réseau qui m’a permis de franchir cette montagne et de passer à travers mon primaire et mon secondaire.

Lire la suite...

Le diagnostic de TDAH chez l’adulte

Femme actuelle, Esther Buitekant, 30 janvier 2017.

 

Le TDAH (Trouble Déficit de l’attention Hyperactivité) est un trouble neurologique qui affecte de nombreuses sphères du comportement et entraîne notamment des difficultés de concentration, une impulsivité ou des difficultés à interagir en société. Sa prévalence en France est estimée entre 3 et 5% chez l’enfant d’âge scolaire. Mais ce syndrome concerne aussi les adultes. Le diagnostic est souvent pour eux un soulagement et la possibilité de mettre enfin un nom sur des troubles présents depuis des années.

L’adulte TDAH est souvent parent d’un enfant TDAH

« L’évaluation pour le TDAH a été suggéré par le pédopsychiatre de mon fils. Il retrouvait chez moi des comportements similaires… » Le cas de Clarisse, 45 ans, n’est pas isolé. Nombreux sont les adultes dont le diagnostic intervient alors que leur enfant vient lui-même d’être diagnostiqué TDAH et il est fréquent de retrouver plusieurs cas au sein d’une même fratrie. Pour de nombreux adultes TDAH, ce diagnostic, bien que tardif, est souvent un soulagement : « Le fait de savoir que je suis TDAH m’a permis de mettre un nom sur des comportements que j’ai depuis toujours. »

Lire la suite...

Quand l’estime de soi s’écroule

25 octobre 2014 | Assïa Kettani – Collaboratrice | Science et technologie

Le texte fait partie d’un cahier spécial.

Pour de nombreuses personnes, vivre avec un trouble d’apprentissage revient à fournir plus d’efforts pour obtenir des résultats décevants et à être confronté de façon quotidienne à l’échec. Une situation dont les séquelles se manifestent à plusieurs niveaux, notamment à travers une faible estime de soi et un état d’anxiété chronique.

« Tout le monde a besoin de se faire dire qu’il est bon. C’est ce qui alimente l’estime de soi et la construction de son image », avance Dave Ellemberg, neuropsychologue et professeur au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal. Alors que, en contexte scolaire, les enseignants utilisent fréquemment des systèmes de valorisation faits d’étoiles, de bonshommes sourire et de tableaux d’honneur, le jeune souffrant de dyslexie, lui, n’a jamais d’étoile et son nom ne figure pas sur le tableau d’honneur. « On lui dit simplement de travailler plus fort. » Selon les circonstances, ses échecs peuvent être attribués à la paresse ou à de faibles capacités intellectuelles. À une autre époque, on aurait dit simplement qu’« il n’est pas fait pour l’école ».

Dans sa famille, le jeune peut être amené à penser, à tort ou à raison, qu’il doit avoir de bons résultats et un comportement irréprochable pour mériter l’amour des parents. « Imaginez le stress de performance », avance Germain Duclos, psychoéducateur et orthopédagogue, dont le dernier ouvrage, Le sentiment d’infériorité chez l’enfant, va paraître aux éditions du CHU Sainte-Justine.

Lire la suite...

Qu’est-ce qu’un élève doit savoir au sujet de son trouble d’apprentissage pour être en mesure de défendre ses propres intérêts ?

Par Mike Di Donato, enseignant agréé de l’Ontario et Brian Hayes, enseignant agréé de l’Ontario

 

Pour acquérir l’habileté à défendre ses intérêts, qu’on nomme aussi « autonomie sociale », l’élève ayant des troubles d’apprentissage (TA) doit d’abord comprendre l’impact des TA sur son apprentissage. Lorsqu’un diagnostic de TA est posé, les parents, les professionnels de l’apprentissage (salle de classe, EED) et les psychologues ne prennent pas toujours le temps d’expliquer à l’élève quel sera l’impact des TA, et l’enfant est laissé dans le noir.

L’élève ayant des TA possède la capacité cognitive d’apprendre. Il est donc important que l’équipe de soutien prenne soin de bien expliquer ce qu’est un trouble d’apprentissage, en utilisant des termes non scientifiques que l’élève peut facilement comprendre. Pour réussir, tout élève a besoin de comprendre son style d’apprentissage ; pour l’élève ayant des TA, il est primordial qu’il puisse éventuellement, communiquer son mode d’apprentissage particulier.

Lire la suite...

Jon Kabat-Zinn: "Il faut accepter l'anxiété"

Ce professeur de médecine à Boston place la méditation au centre de ses thérapies. En exclusivité, il livre les secrets d'une sérénité accessible à l'homme occidental.

Considérez-vous l'anxiété comme le mal du siècle?

Pour moi, elle appartient à la nature humaine et défie les époques. Sous l'Occupation, les Français n'étaient-ils pas anxieux? Mais il est vrai que les modes de vie ont beaucoup évolué avec la modernité. La mondialisation fait disparaître des sociétés traditionnelles ou indigènes dont les croyances et les structures familiales offraient un réconfort simple, tout en donnant un sens à l'existence. Aujourd'hui, notre monde change à toute vitesse. Nous sommes contraints de prendre en permanence une multitude de décisions personnelles sans comprendre réellement les mécanismes de notre environnement. Pour arranger le tout, nous portons dans nos poches des superordinateurs qui, en fait, nous dirigent. Ils nous imposent une surinformation constante et une obligation de connexion permanente qui contribuent au stress

Lire la suite...

Conseils pour prendre des notes

Cette fiche méthodologique proposée par Sciences Po et OpenClassrooms vous aide à prendre des notes, qui vous permettent de comprendre le cours en vous le réappropriant.

LE MONDE | • Mis à jour le

 

Vous l’avez compris, prendre des notes est un réflexe indispensable qui va vous permettre de mieux comprendre le cours en vous le réappropriant, de gagner du temps et de vous préparer efficacement aux évaluations.

 

Pour acquérir ce réflexe, il faut être capable de faire plusieurs choses en même temps :

  • être attentif et comprendre ce qu’on écoute (ou ce qu’on lit) ;

  • analyser et synthétiser ces informations pour en tirer l’essentiel ;

  • écrire ce que l’on a retenu de manière concise et rapide.

Mais comment faire tout cela à la fois ?

C’est ce que nous allons découvrir maintenant !

Lire la suite...

Conseils pour faire une recherche sur Internet

LE MONDE |  • Mis à jour le  

Introduction

Vous l’avez compris, Internet est un espace de recherche immense où l’on trouve tout et rien à la fois ! Cela dépendra surtout de votre recherche. Savez-vous exactement ce que vous cherchez ? Utilisez-vous les bons mots-clés ? Connaissez-vous les bonnes techniques ? Savez-vous sélectionner l’information ? Faites-vous du tri dans ce que vous trouvez ?

 

Faire une recherche documentaire sur Internet c’est :

  1. Savoir chercher l’information.

  2. Valider la crédibilité de l’information trouvée.

  3. Avoir une attitude responsable lors de l’exploitation de ces données.

Vous cherchez le mode d’emploi ? Allez, c’est parti !

Lire la suite...

"Je comprends mon cours mais je n’arrive pas à faire les exercices"

POSTÉ PAR BERTRAND | 16/11/2017 |LES CONSEILS DES BONS PROFS

Tu connais sans doute cette frustration : celle de comprendre ton cours mais dès que tu fais tes exercices, tu ne t’en sors plus. Comment se passe ce phénomène et comment y remédier ?

Différencier mémoriser et comprendre

Qui n’a jamais eu cette sensation d’avoir tout compris ? Tu as bien tout mémorisé, tu as récité ton cours, tu t’es posé quelques questions pour tester tes connaissances. Pourtant, devant un exercice, impossible d’appliquer ta formule ou d’intégrer une notion dans une étude de cas !

Pourquoi ? Tu as certainement oublié de réviser les exemples donnés par ton prof en cours et de faire des exercices.

Lire son cours n'est pas suffisant

En effet, les exemples sont également à noter dans tes fiches de révisions, ils sont une première application de ton cours. Après les avoir revus, passe à la phase d’entraînement : fais des exercices de différents niveaux de difficulté afin de balayer tous les critères d’évaluation demandés en examens.

Mémoriser son cours et le comprendre sont deux choses différentes. Comprendre son cours signifie être capable de faire des connexions entre des éléments.

Lire la suite...

De la bonne utilisation du test comme grille de lecture pour les enfants doués

Journal des Femmes, Chronique publiée le 15/12/17, Arielle Adda

 

Un enfant doué doit impérativement être reconnu comme tel. Le test reste le seul moyen crédible, même s’il est contesté, critiqué, relativisé dans le meilleur des cas et vilipendé ailleurs.

La plupart des idées circulant à propos des enfants doués sont faussées d’une façon ou d’une autre. Les émissions qui s’appliquent sincèrement à donner une image plus nuancée de ces enfants ne rendent compte que d’aspects parcellaires : ces enfants sont saisis à un moment donné, leurs parents en parlent de la façon qui leur est habituelle puisque c’est un sujet familier qu’ils vivent au quotidien et qu'on trahit forcément en l'évoquant succinctement, mais une approche globale qu’on pourrait transmettre est peut-être pratiquement impossible à effectuer. Ceux qui connaissent le sujet estiment que ces notions ainsi répandues restent trop superficielles et peu fiables, ceux qui l'ignorent s'effrayent de ces portraits trop schématiques.

Lire la suite...

Haut potentiel: ces esprits décalés qui boostent la société

Le Soir.be, Lucie Lavigne, Illustrations Caät Fradier, 17 décembre 2014

Les personnes à haut potentiel ont un cerveau qui fonctionne à plein régime, une sensibilité exacerbée, et une impression de vivre perpétuellement en marge. Et si cette différence nourrissait la société de demain ?

Le cerveau d’un HP est en ébullition permanente. Les IRM effectuées sur ces personnes confirment cette forte activité, avec une multitude de connexions neuronales qui se traduisent par une pensée en arborescence : une idée en entraînant une autre, puis une autre… Alors que chez les non-HP, seule une zone spécifique du cerveau s’anime par fonction, par exemple celle du langage pour traiter une information.

Lire la suite...

Le génie, une affaire de créativité

Einstein, Mozart ou Marie Curie sont reconnus comme des génies. Ils ont développé un don, la créativité. Un critère bien plus déterminant que le fameux QI, jadis célébré. Quels sont les mécanismes du génie créatif ? Les gènes jouent-ils un rôle ?

Devant un feu de cheminée, un verre de bordeaux à la main, le réalisateur américain George Lucas (Star Wars, Indiana Jones) plonge dans ses souvenirs d’enfance. En face de lui, Nancy Andreasen, neuroscientifique et psychiatre de l’université de l’Iowa (États-Unis), lauréate de la National Medal of Science — la plus haute distinction scientifique du pays —prend des notes.

Dans ce même fauteuil, se sont déjà succédé la romancière Jane Smiley, prix Pulitzer 1992, l’astrophysicien John Mather, prix Nobel de physique 2006, le mathématicien Bill Thurston, médaille Fields 1982 et les biologistes moléculaires Carol Greider et Liz Blackburn, prix Nobel de médecine en 2009… « J’ai sélectionné des personnalités exceptionnelles qui ont réalisé des œuvres majeures dans leur domaine et ont reçu des prix prestigieux », explique la psychiatre qui les accueille dans sa propriété. Déjà quinze personnes d’exception ont ainsi été mises sur la sellette. L’objectif ? « Comprendre quels sont les facteurs familiaux et environnementaux qui ont permis à leur haut potentiel créatif d’émerger », explique la chercheuse. Toutes acceptent de se prêter à des tests cognitifs et à un examen d’imagerie cérébrale en IRM fonctionnelle « pour permettre de comparer leurs structures et fonctions cérébrales à celles d’un groupe témoin », poursuit l’experte qui a déjà « passé au crible » 30 écrivains talentueux américains dans les années 1990. Pour tenter de percer… le secret des génies.

Lire la suite...

Pourquoi les «hauts potentiels» ont parfois du mal à s’intégrer

Le 24/06/20

Bien formés, travailleurs, intelligents, les «hauts potentiels» sont avidement recherchés par les employeurs. Pourtant, très souvent, lors de leurs premiers pas, ces profils ont des comportements problématiques envers leur manager ou leurs collègues… La raison? Trois erreurs qu’ils commettent en général et qui les empêchent de s’intégrer.

Erreur n°1 : Ne pas communiquer assez avec son manager direct

Le jeune salarié à haut potentiel a typiquement été un étudiant très performant. Il suffisait de lui donner un exercice, un travail ou un devoir, et quelques jours plus tard, il revenait avec une copie impeccable. Il ne posait pas de question idiote au professeur et faisait preuve d’une autonomie exceptionnelle.

Ce qui était alors une qualité risque d’être un problème lors de son premier job. Habitué à travailler seul, le haut potentiel pense qu’on attend de lui ce qui a fait sa force jusqu’à présent : une capacité à gérer seul – et sans poser de questions – une tâche et à ramener une copie impeccable quelques jours plus tard.

Lire la suite...

Les personnes créatives ont un cerveau différent

madame.lefigaro.fr, Mylène Bertaux , le 06 janvier 2016Alors que l’époque valorise la créativité comme qualité suprême, le site Quartz revient sur une expérience menée dans les années 1960 auprès de personnalités hors norme. Écrivains célèbres, artistes, scientifiques… Leur capacité à inventer reposerait non pas sur leur QI mais bien sur leur capacité à gérer des émotions contradictoires.


On les a longtemps considérés comme des hurluberlus, des azimutés, des givrés. Les petits noms ne manquent pas pour désigner ces hommes et ces femmes incompris, ces êtres hors norme qui se distinguent par une créativité remarquable. Désormais, ils sont présentés comme des génies et l’époque abuse du mot créatif comme d’une baguette magique. Mais qu’est-ce donc qu’une personne vraiment créative ? Qu’a-t-elle de particulier ? Le site Quartz s’est replongé dans les archives scientifiques des 50 dernières années. Et en a conclu que les créatifs avaient un cerveau vraiment différent.

L’adulte doué et ses parents

Le Journal des Femmes, Arielle Adda, psychologue, Chronique publiée le 13/05/16

Quand, après de longues recherches, des tâtonnements, de rencontres pas toujours efficaces avec des personnes sensées l’écouter et l’aider, un adulte découvre qu’il fait partie des personnes douées, il se demande inéluctablement comment se comporter vis-à-vis de ses parents.

Il lui a fallu un peu de temps pour accepter cette idée, mais, avant même d’en saisir véritablement toute la portée, il songe à ses parents. Grâce à l’éclairage fourni par cette découverte, il les voit différemment, il comprend mieux des aspects, parfois surprenants, de leur comportement et il commence à s’interroger sur sa façon d’être désormais avec eux. Il aimerait se hasarder à évoquer avec le plus de tact et de discrétion possibles  l’hypothèse d’un don intellectuel qui les concernerait eux aussi.

Lire la suite...

150 000 surdoués ne savent pas qu’ils le sont

 

Publié le 23/10/2014 , Mis à jour le 23/10/2014

En France, plus de 300 000 personnes sont considérées comme «surdouées». Selon Olivier Revol, pédopsychiatre lyonnais, la moitié d’entre eux ne le savent même pas.

 Votre progéniture vous mène la vie dure ? Elle ne veut plus aller à l’école, ou perturbe les cours de ses petits camarades ? Sans que vous le sachiez, elle fait peut-être partie des 300 000 surdoués français. Olivier Revol, chef du service de psychiatrie et neuropsychiatrie de Lyon, tiendra une conférence à ce sujet demain soir à l’Université Paul Sabatier. Il nous en parle.

Comment détecte-t-on un enfant surdoué ?

On observe des signes différents selon l’âge de la personne concernée. Les petits avec une intelligence supérieure à la moyenne ont souvent un regard différent. Ils parlent tôt et possèdent la même syntaxe qu’un parent. Ils veulent tout contrôler et tout comprendre. Chez l’adulte, ce n’est pas pareil. Souvent, il a des fulgurances, il est anxieux et sensible. Il se sent en décalage avec la société et n’a pas les mêmes centres d’intérêt.

On peut donc être adulte surdoué sans le savoir…

Lire la suite...

logo exonaisens

Fabienne Lacroix
Votre coach accompagnant
Tél : +32 473511021
Email : info@exonaisens.be

"Exonaisens" applique les principes de la loi vie privée du 8 décembre 1992.
Ce site utilise des cookies pour optimiser les performances et analyser le trafic. Lors de l’analyse de ce site, certaines informations seront partagées avec Google.
L'utilisation de nos formulaires implique la collecte de données strictement nécessaires à votre demande.
En poursuivant votre navigations sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique.