Pour ou contre le coaching des jeunes à hauts potentiels en difficulté ?

Question pertinente ou quelque peu déplacée?

L’accompagnement d’un jeune à hauts potentiels (HP) en difficulté s’impose à plus d’un niveau et relève très certainement de la prévention primaire. Comment pourrait-on le laisser en souffrance, au vu des avancées scientifiques et pédagogiques qui nous sont actuellement offertes? Des projets innovants et porteurs sont à notre disposition...

Et si l’on supposait que la réponse dépend de l’interprétation du concept de hauts potentiels ? S’il est réduit à une valeur quantitative se rapportant à l’intelligence, certes ces enfants « bénis » des dieux à la naissance n’ont pas besoin d’aide. Si par contre, on le considère comme l’indice d’un fonctionnement intellectuel différent pouvant mettre l’enfant à mal dans le système scolaire,  nous comprenons d’emblée le bien-fondé d’un accompagnement. Si vous y associez, pour affiner le profil, des traits de personnalité les singularisant manifestement, vous n’aurez plus aucun doute sur la réponse à la question de départ.

Certains de ces jeunes s’épanouissent pleinement dans le système scolaire alors que d’autres ne s’y sentiront pas à leur place, éprouvant un réel malaise, tant au niveau de l’apprentissage que relationnel et/ou psychologique. Plus un enfant HP est identifié tôt, plus vite des mesures adaptées pourront être prises et plus il aura de chances de se réaliser à l'âge adulte. L’entourage éducatif pourra dès lors être
sensibilisé aux particularités de l’enfant et être informé des solutions éducatives spécifiques à mettre en place pour s’y adapter au mieux tant du point de vue cognitif qu’émotionnel.   Il est primordial de l'aider à intégrer le monde scolaire et social tout en lui permettant de garder sa propre identité, son authenticité. La reconnaissance de ces procédés cognitifs spécifiques et l’enrichissement de ceux-ci par de nouvelles stratégies lui permettront une compréhension des attentes scolaires.

Il est indispensable que ces jeunes puissent rompre l’isolement psychologique, social et scolaire dans lequel ils se sont progressivement enfermés. Reprendre pied dans leur scolarité a des effets indéniables sur les autres sphères de leur existence, à l’instar des vases communicants : «  …aider les jeunes à retrouver le sourire dans leur travail, certes, mais souvent bien plus : jusqu’à l’espoir perdu de se retrouver eux-mêmes. »[1] .   Comprendre la situation paradoxale de l’élève à hauts potentiels en échec scolaire est donc une priorité : la conscientisation et la compréhension sont les préliminaires à la mobilisation des intervenants, afin d’accompagner ces jeunes vers leur réussite scolaire et leur épanouissement personnel, tous deux étroitement liés.

Or, force est de constater le peu de structures organisées pour le soutien des jeunes HP et leurs parents. Dans ce contexte, comment appréhender les critiques et l’opposition franche, voire massive, du monde enseignant à l’idée du recours à un accompagnement scolaire et personnel privé. Au nom du principe de l’égalité des chances vous dira-ton … Si l’on l’y regarde de plus près, cet argument semble plus discriminatoire qu’il n’y paraît.  Le principe d’égalité vise l’uniformité, la conformité, qui sont en partie à l’origine de leurs difficultés. Pour d’autres types de profils (dyslexie, troubles d’attention avec ou sans hyperactivité,…), le recours à des intervenants extérieurs ne pose pas question et est systématiquement proposé aux personnes concernées. Dans le cas des jeunes à hauts potentiels, l’accompagnement proposé nécessite bien souvent un travail en synergie avec plusieurs intervenants, et relève plus d’une solution équitable dans la perspective de répondre aux besoins premiers de chacun. Il s’agit donc bien d’une justice toute naturelle, destinée à favoriser leur adaptation et leur intégration.

Ne se tromperait-on pas de débat et ne serait-il pas plus judicieux de recentrer le questionnement sur les moyens efficaces à déployer au sein de services spécialisés subventionnés ? Pouvons-nous vraiment rêver pareil déploiement ? Dans le contexte économique actuel, nous avons peu de chances de voir se concrétiser pareille solution. Dans l’attente, il est peut-être plus opportun de s’interroger sur la crédibilité des intervenants proposant leurs services à des personnes en désarroi,  plutôt que de risquer de jeter le discrédit sur l’ensemble des accompagnants. Certains professionnels ont pris le parti de suivre le certificat postuniversitaire de la faculté de psychologie de Mons pour être reconnus intervenants auprès des enfants et des adolescents en difficulté. Ils ont dans ce cadre réalisé un travail de fin d’études consistant en une démarche réflexive sur leurs pratiques validant celles-ci et leurs connaissances en la matière.

Dans l’attente d’une prise en charge plus démocratique financièrement, faut-il en oublier les personnes en souffrance et désireuses de recevoir de l’aide éducative, scolaire et /ou psychologique ? L’école doit-elle devenir systématiquement un lieu de profond malaise pour ces jeunes, qui risquent de se voir déscolarisés, faute d’avoir pu trouver des réponses auprès du corps enseignant, et donc la possibilité de réussir comme les autres ?

L’initiative du cabinet de l’enseignement de mandater une équipe de chercheurs universitaires est certes louable, mais laisse des questions pragmatiques sans réponse. Si les enseignants en viennent progressivement à repérer plus facilement de hauts potentiels en difficulté, que vont-ils faire concrètement ? Comment vont-ils pouvoir relayer l’information, et surtout vers qui l’orienter ? Enfin, comment vont-ils être soutenus pour développer leur créativité professionnelle afin de permettre la réussite de ces jeunes?

En conclusion, le travail de conscientisation, de soutien et de réflexion est fondamental et plus que nécessaire auprès des adultes côtoyant au quotidien ces jeunes. L’accompagnement spécifique, d’autre part, est indispensable et relève d’une mission de prévention primaire menant à la reconnaissance de leurs richesses, de leur fonctionnement cognitif et psycho-social. Alors seulement nous pourrons pour les aider à s’adapter et leur permettre une meilleure estime d’eux-mêmes. « A terme, les enfants surdoués qui ne sont pas soutenus et accompagnés risquent réellement de devenir des enfants problématiques. Pourtant, ils ne le sont pas vraiment par nature. Les enfants surdoués ont tout simplement d’autres besoins et …il faut les accompagner car c’est surtout l’organisation de travail qui nécessite un soutien approprié, d’où l’idée du coach personnel »[2]

Des ateliers de soutien scolaire spécifique et itinérant pour les jeunes à hauts potentiels !

La conviction que l’on crée de la valeur en accompagnant le jeune au quotidien pour relever le pari ambitieux de sa réussite, voilà l’idée fondatrice de l’invitation lancée par : Osez entreprendre, osez apprendre, (modèle d’intervention déposé auprès de l'Office Benelux de la Propriété intellectuelle). L’objectif étant la concrétisation des stratégies d’apprentissage dans la durée et le dépassement de soi, de découvrir le goût de l’effort intellectuel et de la mémorisation. Le partenariat avec les parents est nécessaire pour l’amener à l’amélioration de ses performances et de son épanouissement.  Tel est le défi des ateliers alliant méthodologie, coaching collectif/individuel/familial et étude supervisée. En effet, un soutien accru et pragmatique amène la personne à la vraie autonomie, au façonnage d’un avenir meilleur et à devenir acteur de sa propre vie.

Possibilité de coaching individuel ou de coaching parental.

Fabienne Lacroix
www.exonaisens.be


[1] Guy Sonnois, Accompagner le travail des adolescents, Chronique Sociale, 2009.

[2] Kieboom Tessa, accompagner l’enfant surdoué, de boeck, 2011

ExoNaiSens : Coaching pour personnes à haut potentiel - Coaching parental à Malonne près de Namur (Province de Namur - Wallonie - Belgique)
Connexion - Plan du site - Mentions légales

Fabienne Lacroix : Coach | Consultante | Formatrice : Route de la Navinne, 180 Malonne - 5020 Namur - Belgique
E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Mobile: +32(0) 473 51 10 21 - http://www.exonaisens.be

Graphisme: My_Mushroom / Webdesign : Agence Web "Croquis" [ Wépion - Namur ] CMS Joomla! CMS WordPress - Création de sites web et e-commerce - boutiques en ligne avec Prestashop ou Hikashop - Illustrations - Formations (Namur - Wallonie - Belgique)

Template Joomla créé par onirisme.be